Coupe du monde 2018 : 3 secrets sur le trophée dévoilés

natalia vodianova frank leboeuf coupe du monde écrin vuiton

32 équipes vont s’affronter pendant un mois pour l’obtenir. Il peuple certainement les rêves de tous les joueurs de football, qu’ils soient connus ou non. Qui le tiendra fièrement et l’embrassera selon la tradition, le 15 juillet prochain à Moscou ? Le trophée de la Coupe du Monde vous cache encore de nombreux secrets : en voici 3 pour en découvrir un peu plus sur l’histoire de ce symbole de la consécration du football.

1. Dans une boîte à chaussures pour se cacher des Nazis, le premier trophée a une histoire palpitante

coupe du mon trophée 1930

Sachez que le trophée de la Coupe du monde a vu le jour en 1930. Il était complètement différent de celui qu’on connaît aujourd’hui, beaucoup plus imposant. Jules Rimet, Président de la Fédération Internationale de Football à l’époque, a demandé à un sculpteur français de créer ce trophée.

Ainsi, pendant 40 ans, le trophée avait la forme d’une véritable coupe. La divinité grecque de la victoire, Niké, tient un calice au-dessus de sa tête. Pour les plus curieux, sachez qu’il pesait à l’époque 4 kilogrammes, et qu’il mesurait 35 centimètres de haut. Son socle était orné de pierres précieuses. Autant dire que sa valeur actuelle serait pratiquement inestimable…Si on le retrouvait ! En effet, ce trophée a une véritable histoire aussi passionnante qu’animée.

Ce trophée était donc remis en jeu tous les 4 ans, lors de chaque édition de la compétition. Pendant la Seconde Guerre Mondiale, des dispositions supplémentaires ont été adoptées pour éviter que le précieux trophée ne tombe entre les mains des Nazis. L’Italie ayant gagné le titre de championne du Monde en 1938, le président de la Fédération italienne le retire du coffre-fort de Rome dans lequel le trophée reposait, pour le cacher… Sous son lit, dans une boîte à chaussures ! En dépit des fouilles de son domicile, les Nazis ne parviendront pas à mettre la main sur le précieux butin.

2. Convoité, le trophée fait l’objet de cambriolages spectaculaires

Cependant, cette victoire n’a été que de courte durée. Pendant une exposition dans la capitale anglaise en 1966, l’œuvre d’art est volée. Niveau timing, cela tombe plutôt mal, car le Mondial est prévu dans quelques semaines. Après une fausse demande de rançon, une enquête catastrophique, et le moral de l’opinion publique en berne, le trophée est finalement retrouvé dans un buisson en banlieue londonienne grâce à un petit chien entré dans l’Histoire, Pickles.

Une règle bien particulière concerne ce trophée. Un pays qui gagne trois fois le trophée en devient propriétaire. Le Brésil a réussi cette prouesse et détient donc le trophée de manière définitive.

Aussi, il est de nouveau dérobé à Rio. Le cambriolage est impressionnant, puisque la vitrine pare-balle a été forcée et le précieux symbole ne sera jamais retrouvé.

« Le cambriolage est impressionnant, puisque la vitrine pare-balle a été forcée et le précieux symbole ne sera jamais retrouvé. »

Les rumeurs ont parlé d’une refonte pour récupération de l’or, mais cette théorie s’est avérée improbable, car il était conçu avec un alliage d’or et d’argent impossible à fondre séparément. En guise de lot de consolation, le Brésil s’est vu offrir une réplique.

3. Sécurité maximale pour le trophée dont les caractéristiques sont uniques

coupe du monde trophée 1970

En 1970, la Coupe Jules Rimet arrête de voyager de pays en pays, un autre trophée est donc créé. En 1974, le trophée tel qu’on connaît aujourd’hui est scuplté par l’italien Silvio Gazzaniga. Il mesure 36,8 centimètres de haut et pèse 5 kilogrammes d’or 18 carats ! Il représente deux sportifs soulevant le globe terrestre.

Aujourd’hui, pour éviter de nouvelles mésaventures, le règlement de la FIFA a évolué. En effet, le trophée original reste au siège de la Fédération. Les vainqueurs se voient attribuer une réplique en plaqué or, et personne ne sait quand l’échange entre l’original et la réplique est effectué…

Et son écrin est, lui aussi, luxueux ! Cette année, pour la troisième fois consécutive, c’est Louis Vuitton qui s’est vu commander un écrin sur-mesure pour que le trophée voyage en toute sécurité. D’après le patron de la marque de maroquinerie de luxe, c’est une malle en titane qui a demandé plus de deux ans pour la confectionner. Elle est tellement précieuse que son prix est même inestimable !

Si vous voulez placer vos paris sur cette Coupe du Monde 2018 qui s’annonce passionnante, nous vous recommandons chaudement de faire confiance au bookmaker Unibet. En effet, les joueurs canadiens se voient doubler leur premier dépôt à hauteur de 80$, et ses cotes sont plus qu’intéressantes.